You are here

Un “drone médicalisé” pour secourir les victimes d’un malaise cardiaque.

Le 28 octobre dernier, Alec Momont, étudiant belge de l’Université technologique Delft aux Pays-Bas, a dévoilé son prototype de drone médicalisé. Celui-ci doit permettre de venir en aide très vite aux personnes victimes d'un arrêt cardiaque, afin d'augmenter leurs chances de survie.

L’idée de créer un “drone ambulance” repose sur le constat que l’acheminement d’une ambulance par la route est conditionné par les difficultés de circulation. Ainsi le délai d’intervention des secours est en moyenne de 10 minutes, souvent trop tard quand on sait que le décès peut survenir quatre à six minutes après l'arrêt cardiaque.

Le “drone médicalisé” est né

Un drone pourrait dès lors être envoyé à l’endroit du problème médical en quelques secondes en suivant la localisation GPS de la personne qui appelle les secours. Il permettrait de parcourir une distance courte (sur une superficie de 12 km²) en quelques secondes seulement. L’appareil serait muni d’une webcam de sorte qu’un opérateur puisse donner des instructions à distance, d’un défibrillateur et il pourrait envoyer quelques données médicales récoltées sur place directement à la centrale de secours. L’arrivée du drone à l’endroit des secours serait suivie par celle d’une ambulance classique.

Le drone : l’auxiliaire médical du futur ?

Même si l’idée a dès à présent ses partisans, ses “sceptiques” et ses détracteurs, ce projet va continuer à être analysé et développé par l’équipe de chercheurs. Hormis l’aspect technique, sécuritaire et médical, son exploitation sera également fortement dépendante de l’évolution de la législation en termes d’utilisation d’engins aériens motorisés légers téléguidés.