You are here

Voyager quand on est diabétique

Le diabète ne constitue aucunement une contre-indication au voyage ; néanmoins, dans la mesure où il s’agit d’une affection grave, vous devrez préparer avec soin votre déplacement afin de ne rien oublier.

Préparez votre voyage

Etes-vous apte à voyager ?

Le diabète ne constitue aucunement une contre-indication au voyage ; néanmoins, dans la mesure où il s’agit d’une affection grave, vous devrez préparer avec soin votre déplacement afin de ne rien oublier. En règle générale, ne modifiez pas vos habitudes sauf si votre médecin vous a demandé d’agir différemment à une exception près : il est recommandé de vérifier votre taux de glycémie plus régulièrement que d’habitude.

Choisir votre destination

Le changement d’environnement et la pratique d’activités physiques vont avoir un impact sur votre organisme : il est dès lors important de prévoir en détail ce que vous allez faire pendant votre séjour. Par ailleurs, il est également indispensable de rassembler des informations sur l’état des infrastructures sanitaires à destination, vous pourrez y avoir recours en cas d’urgence. Renseignez-vous par exemple sur le type et la concentration de l’insuline utilisée à destination, ainsi sur la qualité des infrastructures hospitalières et leurs localisations. Apprenez à dire "je suis diabétique" et "j’ai besoin de sucre" dans la langue du pays dans lequel vous vous rendez ; cette précaution pourra s’avérer salvatrice en cas d’urgence.

Précautions à prendre

Consultez votre médecin

Dans tous les cas, il est impératif de consulter votre médecin pour vérifier que votre diabète est stabilisé. Exposez-lui l’itinéraire envisagé afin qu’il puisse évaluer les risques potentiels et vous expliquer les éventuelles contre-indications. Il convient de garder à l’esprit que certains vaccins peuvent exercer une influence sur votre taux de glycémie, et doivent de ce fait être réalisés 3 à 4 semaines avant le départ.

Traitement

En ce qui concerne votre traitement, il est préférable de partir avec une quantité de médicaments suffisante pour au moins deux fois la durée du voyage. Afin d’éviter les délais lors du passage en douane, et d’aider les médecins en cas de problèmes, conservez les médicaments dans leurs emballages d’origine. Il est par ailleurs préférable de ranger ses médicaments dans deux sacs distincts dont un doit être à portée de main (par exemple dans votre bagage cabine) afin que vous puissiez y accéder rapidement en cas de problème. Par ailleurs, il est recommandé d’emporter avec vous de l’insuline classique, des seringues sous blister, des bandelettes papier de contrôle glycémique, des médicaments antidiabétiques oraux ainsi que des sucreries. Assurez-vous de vous conformer aux médicaments prescrits par votre médecin. Néanmoins, si vous vous trouvez à court de traitement, vous devez garder à l’esprit que certains pays commercialisent l’insuline à un dosage différent ; si c’est le cas pensez à acquérir les seringues correspondantes afin d’éviter toute erreur de dosage. Bien que l’insuline n’ait pas besoin d’être réfrigérée, elle peut être dégradée par des changements importants de température et doit donc être transportée dans un contenant isotherme.

Documents à emporter

Lorsque vous voyagez à l’étranger, il convient d’emporter avec vous certains documents. Ainsi, vous devez vous munir d’une copie de votre dossier médical complet et d’une lettre rédigée en français et en anglais expliquant que votre diabète doit être soigné et que vous êtes soumis à un traitement qui ne peut pas être interrompu et nécessite l’usage de certains médicaments et/ou appareils dont la liste devra être jointe au document. Demandez à votre médecin de vous prescrire vos médicaments habituels sous leurs noms de molécules en anglais, et n’oubliez pas de lui demander d’indiquer vos éventuelles allergies. Pensez à indiquer clairement les coordonnées de votre médecin, afin qu’il puisse être joint facilement en cas d’urgence. Il est aussi recommandé d’emporter une liste complète des médicaments que vous prenez ainsi que leur dosage. Lorsque vous voyagez, il est recommandé de porter un bracelet ou un collier permettant de vous identifier comme diabétique.

Assurance voyage

Il est, dans tous les cas, fortement recommandé de souscrire une assurance voyage couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire. Dans de nombreux pays, les frais médicaux sont extrêmement coûteux et une assurance médicale peut s’avérer indispensable en cas de problème de santé.

Transports

En avion

Avant votre départ et si vous utilisez un appareil électronique pour contrôler votre taux de glycémie ou d’insuline, renseignez-vous auprès de votre compagnie aérienne afin de savoir si vous pouvez utiliser ce type de matériel pendant le vol. Lorsque vous embarquez, assurez-vous d’avoir à portée de main tout le matériel médical dont vous pouvez avoir besoin. Les seringues sont autorisées à bord à condition que vous ayez aussi de l’insuline. Avant le passage des portiques de sécurité, informez le personnel chargé de la sécurité que vous êtes diabétique et que vous transportez votre matériel à bord ; le cas échéant faites leur savoir que vous êtes muni d’une pompe à insuline.Le décalage horaire peut vous obliger à adapter votre emploi du temps. En règle générale, il n’est pas nécessaire d’ajuster les prises d’insuline si le décalage horaire est inférieur à 3-5 fuseaux horaires ; demandez conseil à votre médecin traitant afin de savoir comment adapter votre schéma insulinique. Il est préférable de ne pas changer l’heure de votre montre : le suivi des injections et des repas sera plus simple. Contrôlez régulièrement votre glycémie. Si vous souhaitez vous ajuster à l’heure de votre destination n’oubliez pas lorsque vous voyagez vers l’est, les jours sont plus courts, une réduction de l’insuline peut donc s’avérer nécessaire. A l’inverse, lorsque vous allez vers l’ouest, les jours sont plus longs, et la dose d’insuline peut nécessiter d’être augmentée. Soyez prudent, ces indications sont sujettes à changement si votre départ est retardé ou si votre vol est prolongé. Vérifiez votre glycémie dès que vous avez atterri, le décalage horaire pouvant altérer votre capacité à l’estimer. Si vous vous faites une injection d’insuline en vol, faites attention à ne pas faire pénétrer trop d’air dans le flacon d’insuline, car la pression en vol n’est pas identique à la pression au sol. Plusieurs jours avant votre départ, vous pouvez demander auprès de votre compagnie aérienne un plateau repas spécifique (allégé en sucre, en gras, ou en cholestérol). Afin d’éviter l’hypoglycémie, attendez d’avoir votre plateau devant vous pour pratiquer une injection. La meilleure solution reste cependant d’apporter vos propres glucides sous la forme de fruits, sandwiches ou barres de céréales. En revanche, il est possible qu’à votre arrivée, on vous demande de vous défaire de cette nourriture lors du passage de la douane.

En voiture

Conduire en étant diabétique n’est pas un problème mais il convient de se montrer particulièrement vigilant. Assurez-vous d’avoir toujours de la nourriture contenant des glucides à portée de main et ne conduisez pas plus de deux heures sans avoir mangé quelque chose. Ne retardez pas et ne sautez pas de repas, et surveillez fréquemment votre glycémie avant et pendant le trajet. Il est aussi recommandé de porter sur vous un bracelet faisant état de votre diabète. Si vous ressentez les premiers signes de l’hypoglycémie, arrêtez-vous dès que possible pour pouvoir manger une sucrerie ou boire une boisson sucrée ; il est ensuite recommandé de manger des sucres lents et de vérifier votre glycémie. Attendez 40 minutes après que votre glycémie soit repassée au dessus de 4 mmols avant de reprendre le volant.

Une fois à destination

Précautions

Une fois arrivé à destination, reposez-vous pendant quelques jours, surtout si vous avez fait un long voyage. Surveillez votre glycémie, surtout si vous êtes plus actif qu’à votre habitude, et prenez soin de respecter au maximum votre emploi du temps quotidien. Si vous partez en visite ou en randonnée, n’oubliez pas d’emporter quelques snacks avec vous. Portez des chaussures confortables et ne marchez pas pieds nus. Prenez soin de vos pieds : vérifiez que vous n’avez pas d’ampoules, lésions, coupures, égratignures ou rougeurs. En cas de signe d’infection ou d’inflammation, consultez un médecin.

En cas d’urgence

Un choc insulinique peut survenir suite à l’absorption d’une dose trop massive d’insuline, un manque de nourriture ou un excès d’exercice physique. Il se manifeste par un pouls rapide, une respiration rapide et peu profonde, une peau pâle, moite et froide, et une sensation de désorientation, d’agressivité et d’irritabilité. Si vous ressentez ces symptômes, commencez par manger une sucrerie et boire un jus de fruit ou un soda. Une fois que vous vous sentez mieux, faites un vrai repas complet riches en glucides afin de stabiliser votre taux de sucre dans le sang. Contrôlez régulièrement votre glycémie, car celle-ci peut en effet rechuter rapidement après une crise, même si vous avez consommé des sucres.

 

Découvrez nos assurances Voyage


Rapatriement, frais médicaux, annulation, ratage d’avion...
Avec Europ Assistance, profitez de vos vacances, nous nous occupons du reste !


Pourquoi une assurance voyage ?



Pour parer aux imprévus lors de vos voyages privés ou professionnels (avion manqué, perte de bagages ou de papier, souci de santé…), le mieux est d’être bien assuré !